L'étape du tour 2014 : "mon grand frisson !"

(par Bertrand HOURLIER)

L’étape du tour commence dès novembre 2013, juste quelques jours après l’annonce en grandes pompes du parcours sur les grands medias. C’est déjà la course contre la montre pour trouver un hôtel dans la ville de départ de l’étape du tour Mondovelo, une étape choisie par ASO (société qui organise le tour de France professionnel) parmi celles que feront les professionnels en juillet, quelques jours avant ou après notre passage.

 

Olivier Couderc et moi-même commençons à être rompus à ce genre d’exercice, la ville choisie doit être capable d’avoir les capacités hôtelières d’absorber 13000 participants !!!!! Une paille……

Donc le mieux est d’anticiper, les Alpes ou le Pyrénées ? et une ville aux grandes capacités hôtelières ? L’anticipation d’Olivier fût la bonne : l’étape Pau-Hautacam. Pau est souvent retenue par ASO …

La logistique est toujours un peu lourde, il faut une voiture au départ de l’étape à Pau et une à l’arrivée à Argelès-Gazost au pied d’Hautacam pour revenir à l’hôtel à Pau et chercher la première voiture.

 

Deux mois de préparation sont nécessaires, au mois de Mai, moi-même accompagné de trois grands Vcmbéiste, Eric Avril en énorme progression cette année, Kévin Bourdon qui nous fait toujours rêver par sa vitesse moyenne d’ascension (17 km/h dans l’Alpes d’Huez !) et la pétillante Marie-France Birkenstock (l’Alpes Huez finger in the noose : "les doigt dans le nez", dit elle !) passons un week-end de oufs à arpenter l’Alpes d’Huez, la croix de fer (qui m’a fait si mal !), les deux Alpes et le col d’Ornon.

Les marmottes en sont encore bouches bées !!!!!

Une semaine avant, je décide alors d’aller faire la reconnaissance de l’étape le week-end qui précède avec la même équipe de choc …...Hautacam nous laisse tous perplexe avec ses 2 km à 10% et son km à 11.3% !!!!!

 

La veille de l’étape, nous recevons une alerte météo orange de l’organisateur, heum heum...

Olivier Couderc, Eric Avril, Pascal Chaussepied, Christophe Le Coguic, Olivier Cros, Nicolas Glinche, Emmanuel Grall, Jerôme Jougla, sommes dispersés dans des sas différents au départ.

Un départ est donné tous les 8 minutes, et c’est parti pour un grand moment, beaucoup de monde dans les villages venu nous encourager.

 

Je pars très en dedans de façon à en garder sous la pédale avant le grand Tourmalet et l’inquiétant Hautacam.

Les premières côtes (cinq au total)non répertoriées (plus de 2 km parfois) me confortent dans ma sagesse d’y aller avec humilité.

Je m’arrête à chaque ravito excepté le premier pour ne prendre aucun risque, j‘arrive au pied du Tourmalet à Sainte Marie de Campan, je fais le plein de solide et liquide et repars sans perdre de temps, la pluie s’est invitée à la partie et sera fidèle longtemps !!! Au bout de 8 km d’ascension, le froid, le brouillard nous font souffrir un peu plus. Je me promets d’abandonner le 39-28 la prochaine fois qui me scotche littéralement au sol … Ca fait 2 ans que je le dis !!!!

Je passe les pare-avalanches en grandes pompes, un regain de forme qui ne durera pas dommage.

 

Une halte au ravito de La Mongie qui fera le plus grand bien et c’est reparti pour 4.5 km et enfin le sommet toujours sous la pluie et le brouillard, il ne faire guère plus de 8 à 9 degrés !.

J’enfile un coupe-vent et me lance dans la descente toujours sous la pluie, peu de temps après je sens que je tombe en hypothermie, une véritable scène de guerre à Barèges, tous sous des couvertures de survie.

Je fais la descente à donf 80 km/h sous la pluie et en pédalant pour me réchauffer et les crampes font leur apparition, je sens que ça ne va pas être facile à refaire tourner les manivelles.

 

Lus Saint Sauveur 19 km plus bas et la même scène de guerre des cycliste partout en hypothermie : impressionnant, j’en vois un qui ne peut même pas descendre de son vélo !

Je m’arrête pour manger (pas dans une boulangerie !) et je repars aussitôt en essayant de pédaler pour me réchauffer, le crampes sont latentes et je coince un peu, j’ai perdu en lucidité et je suis dans un autre monde, je préfère les ambiances chaudes et de loin, voilà ce que m’a confirmé cette étape. En bas, il fait 20 degrés environ, ça fait du bien.

 

Je fais le dernier ravito au pied d’Hautacam et repars sans perdre une seconde, la lucidité toujours aussi basse au point de ne pas reconnaître ma sœur venue m’encourager, juste à peine entendu scander mon prénom : le Bertrand à la Ramasse !!!!!

Et voilà le Graal non pas Manu ! mais Hautacam, je me serais cru à l’Alpes d’Huez une haie humaine qui s’écarte et ouvre la route !

La transition est rude, le moral est mis à l’épreuve mais ne lâche rien.

La particularité d’Hautacam : l’irrégularité de la pente, je me goinfre la rampe d’1 km à 10%, 300 premiers mètres à 5%, je vous laisse deviner l’enfer des 700 prochains mètres !

 

Rebelotte quelques kilomètres plus loin et le meilleur de tous, le kilomètre à 11.3% de moyenne dans le froid de nouveau, celui que j’ai préféré parce qu’il n’y en avait plus d’aussi terribles après !

Les 2 derniers kilomètres à 6.8%, là où Olivier Couderc me double surpris, Bravo Olivier et oui, je suis encore plus à la ramasse, vivement le haut, je gère le peu de forces qu’il me reste : un grand moment de solitude !

 

J’entrevois l’arrivée, une délivrance m’envahit, 7h 59' : Heureux !

Bravo à tous.

 

Et à l’année prochaine sur ces pentes de oufs ! je vous espère encore plus nombreux Vcmbéites !...

Partenaires

La Fontaine Restaurant   stephane plazza immobilier logo mini      Renault LNA Logo

Alltricks       Go-Sport     Cybervelo 2015

montigny  st quentin en yves   conseil departemental yvelines     logo ffvelo codep78