D’Albertville aux lacs italiens et retour

(780 km avec un D+ de 10000 m, 5 cols, en 6 étapes)

20190626 patrick alpes italie 01

Après avoir traversé les Pyrénées, les Alpes, le Vercors, le Massif Central, les Vosges et le Jura, je souhaitais organiser un périple vers les lacs italiens. La préparation m’a occupé tout le mois de novembre 2018 pour tracer le parcours, définir les étapes puis la recherche des hôtels et la logistique. Le groupe est composé de 8 cyclos (dont 3 du VCMB) dont 2 femmes et d’un copain « assistaneur », chargé de nous suivre et de nous préparer un léger repas froid le midi. Cette boucle nous emmène vers l’Italie puis la Suisse et retour à Albertville. Elle consiste à franchir la chaine des Alpes, donc des cols, et randonner autour de trois superbes lacs italiens. Hélas, la canicule qui règne en France ne s’arrête pas aux frontières ! C’est avec elle qu’il va falloir composer.

20190626 patrick alpes italie 01

Le mercredi 26 juin, Albertville-La Rosière, par Beaufort, le col du Cormet du Roselend et le col du Petit Saint-Bernard, en partie puisque notre hôtel est à La Rosière, kilomètre 81, 2700 m de dénivelé pour ce premier jour. La canicule s’abat sur nous comme une chape de plomb. Les arrêts sont fréquents pour nous hydrater, intérieur et extérieur. Notre précieux Francis est aux petits soins, toujours présent. La montée du Cormet de Roselend est longue de 20 km mais le panorama est exceptionnel. On souffre de la chaleur et la montée du col du Petit St-Bernard est un calvaire pour arriver à La Rosière. Dans cette station de ski franco-italienne, à 1850 m d’altitude, c’est un magnifique paysage sur la vallée, surplombé par le Mont Pourri (3779 m). La soirée est propice à la récupération, bonne table, ascenseur et clim dans les chambres.

20190626 patrick alpes italie 01

20190626 patrick alpes italie 01

Jeudi 27 juin destination Ivréa en Italie. Nous terminons, à la fraîche, les 8 kilomètres qui nous séparent du col du Petit Saint-Bernard (2188m) par une pente régulière. Les jambes vont bien pour tout le monde. Passage en Italie à Pré-Saint-Didier, direction la vallée d’Aoste. La chaleur est étouffante, de très beaux châteaux jalonnent le parcours, les bosses aussi ! Le ravito du midi est très apprécié. Toujours du frais, des salades variées, tout ce qu’un cyclo souhaite pour l’aider à gérer ses efforts. Ce jour est une étape de « récupération » 138 km et seulement 1100m de dénivelé ! A Ivréa, notre hôtel est à 2,5 km du centre. Une visite de la ville est prévue d’autant que nous arrivons de bonne heure. Toutes les rues de la ville sont pavées, prudemment, nous traversons un pont. Sur le trottoir d’en face un piéton nous demande si nous avons besoin de renseignements. Puis il se présente, dans un français avec un léger accent : « je suis le maire d’Ivréa, si vous voulez, attendez-moi à la terrasse du café un peu plus loin sur la gauche ». On ne se fait pas prier, d’autant qu’on a très soif ! Ce charmant maire nous rejoint et passe une bonne demi-heure en notre compagnie ; il tient à nous offrir les consommations. Merci M. le Maire ! Quel accueil surprise dans cette ville où se situent les usines Olivetti.

20190626 patrick alpes italie 01

Vendredi 28 juin, destination Côme, 156 km et 1100m de dénivelé. La circulation est abondante et la navigation pas très facile. Francis, notre « assistaneur » perd notre trace car à cause de la canicule, le thermomètre monte jusqu’à 43 degrés, et je décide de modifier notre itinéraire en supprimant les 15 km de l’aller-retour au lac d’Orta. C’est la raison qui l’emporte, ça chauffe vraiment ! Sur cet axe très chargé, nous trouvons un peu d’ombre pour la pause de midi. C’est difficile pour nous, mais Francis n’est pas à la noce ; il subit les bouchons et nous rejoindra seulement à 20 km de Côme. Le groupe gère la chaleur et comme les 2 jours précédents, nous cherchons en permanence un peu de fraicheur. Très bon accueil dans cet hôtel dans le centre-ville. La promenade au bord du lac et dans le quartier historique de cette magnifique ville sera suivie d’un resto et d’une visite chez le glacier.

20190626 patrick alpes italie 01

Samedi 29 juin, les lacs italiens.
Après une nuit réparatrice, nous prenons la direction de Bellagio par la route très escarpée surplombant le lac de Côme, la vue est magnifique, les villas qui le borde aussi. Une crevaison à la sortie d’un tunnel est propice aux photos. Un gros peloton d’italiens nous double ; ils font aussi du tourisme ; leur voiture suiveuse n’hésitant pas à s’arrêter au milieu de la route ! On absorbe bien le relief assez relevé mais pas autant que je le craignais. Nous arrivons pile pour le ferry. C’est la découverte de la vaste étendue du lac de Côme en forme de Y. Nous débarquons à Mennaggio. Photos au bord du lac de Lugano, puis premier passage en Suisse que nous quittons quelques kilomètres plus loin. La route côtière nous mène jusqu’à Laveno. De nouveau, le ferry pour une vingtaine de minutes de traversée du lac Majeur puis Verbiana. Étape très touristique. Avec les intermèdes ferry, on récupère et admirons les superbes paysages avec vue à 360° ! Sublime, d’autant que l’horizon est très dégagé par rapport à ce matin avec la brume sur le lac de Côme. A Domodossola notre hôtel est juste à l’entrée de la ville. Le dénivelé de cette journée est de 1900 m pour 146 km.

20190626 patrick alpes italie 01

Dimanche 30 juin, direction Martigny en Suisse – 147 km et 1800m de dénivelé.
De Domodossola altitude 272 m, nous attaquons la très longue montée du col de Simplon, pour arriver au sommet situé à 2005 m et qui permet d’arriver en Suisse. Les tunnels sont très nombreux, heureusement semi-ouverts pour la plupart. J’ai choisi le dimanche car ce col routier est très fréquenté en semaine par les camions ; le bruit des voitures et motos ne nous perturbe pas car les touristes ne sont pas encore très nombreux. Chacun roule à son rythme car la montée est longue de 43 km et on se retrouve au sommet pour immortaliser ce moment. Au début de la descente, attention à ne pas rater notre « assistanneur » qui a dressé la table sur la droite. C’est dimanche, le poulet rôti est très apprécié ! Superbe et rapide descente vers Brig. Les feux de travaux nous ont bloqués plus de 10 mn. En bas, il faut faire attention à ne pas prendre les directions inscrites sur panneau vert, tandis que ceux de notre RN9 sont en bleu (le contraire d’en France) d’heure. Suisse. La vallée du Rhône Suisse vers Martigny est très, très, difficile, toujours avec cette canicule, pas un arbre, on roule sur un cordon d’asphalte brûlant avec un fort vent de face qui ne faiblit pas, nous si ! Toujours là, Francis, notre Saint-Bernard, à la rescousse avec ses boissons fraiches et en-cas. A Martigny, l’orage éclate au retour du restaurant alors que nous avons regagné nos chambres, puisse-t-il rafraichir l’atmosphère pour notre dernier jour.

20190626 patrick alpes italie 01

Lundi 1er juillet : un beau programme pour ce dernier jour : Martigny-Albertville par le col de la Forclaz. C’est une agréable montée régulière mais difficile 16 km à 8% de moyenne ; la chaleur est encore supportable. Nous disons au revoir à la Suisse au Chatelard. Suivra le col des Montets et la descente magnifique avec le panorama exceptionnel du Mont-Blanc. Ensuite, tour en ville à Chamonix par les rues piétonnes. On continue sur une petite route menant aux Houches. C’est à la sortie que Francis a trouvé l’endroit idéal pour notre pique-nique. La digestion se fait en côte. On se dirige ensuite vers Saint-Gervais. Se dressent devant nous les superbes paysages du Mont-Blanc et de l’Aiguille du midi. Puis Megève, où nous sommes étonnés de voir si peu de touristes. Nous ne devons pas nous attarder parce que la suite sera moins facile. En raison d’éboulements sur la route directe qui nous faisait passer par Flumet, une déviation a été mise en place pour rejoindre Ugine. Deux autres solutions mais avec plus de dénivelé, étaient possibles : par le col des Saisies ou par Crest-Volant. Le groupe a opté pour l’itinéraire conseillé. Nous avons eu des pentes à deux chevrons suivies de montagnes russes. Chacun est monté avec ses moyens et nous retrouvons la direction d’Albertville et, enfin, une descente. Avec ce détour, nous totalisons 128 km et 2260 m de dénivelé. La canicule est toujours aussi présente. Nous arrivons enfin à Albertville et, à l’ombre, nous savourons une bière bien fraiche pour arroser la fin de notre périple.

 

Malgré les conditions météo difficiles où nous avons roulé entre 36 et 43 degrés, le groupe a bien géré la canicule, avec forcément des hauts et des bas, mais est resté soudé et volontaire et, c’est en grande partie grâce à notre accompagnateur qui a su se poster aux endroits stratégiques dès que nous avions besoin. Je garde un excellent souvenir de ce périple pour la bonne ambiance, les superbes paysages et les accueils dans les hôtels. Cela restera un de mes meilleurs souvenirs de parcours itinérant.

Patrick GRÉGOIRE (groupe 3B)

20190626 patrick alpes italie 01

Partenaires

La Fontaine Restaurant   stephane plazza immobilier logo mini   Dépil-Tech

Alltricks       Go-Sport     Cybervelo 2015

montigny  st quentin en yves   conseil departemental yvelines   Logo CODEP  logo ffvelo codep78