Tour de Corse en 10 étapes : 1000 km avec un D+ de 16000m

20170920 patrick gregoire tour de corseAyant déjà effectué le tour de Corse en avril 2013, je souhaitais le refaire à une autre période, en septembre, pour voir la végétation d’un autre œil. Ce séjour FFCT remporte un franc succès et je m’étais inscrit un an auparavant pour être sûr d’avoir de la place avec mon épouse. Ce séjour « clefs en main » est organisé de main de maitre par un Corse, assisté d’un moniteur FFCT du 20 septembre au 1er octobre 2017.

Nous sommes partis par bateau de Toulon en effectuant la traversée de nuit et avons rejoint Ajaccio le jeudi 21/10 à 7h du matin. A peine débarqué, nous avons été pris en charge par l’organisateur et son équipe (un camion devant fléchant et équipé pour le ravito du midi et un fourgon balai avec les bagages).

1ére étape - Ajaccio-Propriano : 88 km et un D+ de 1350 m.

Cette première étape est assez courte afin de familiariser le groupe de 42 cyclos avec les parcours de cette ile montagneuse. Il fait très beau et le premier col d’une longueur de 15 km se monte agréablement avec une pente oscillant entre 4 et 6%. Déjà plusieurs groupes se forment en fonction du niveau de roulage. Nous admirons des hauteurs, la baie d’Ajaccio et cette mer d’un bleu intense. Après un ravitaillement copieux, nous traversons une série de toboggans puis après une belle descente, nous suivons une route bordée de cactus qui rappelle l’Afrique du Nord. Nous longeons une route côtière et la mer a des reflets de différents couleurs turquoise. Nous arrivons au terme de cette étape dans un hôtel au bord de la mer et nous en profitons pour nous baigner dans une mer à 23°.

2éme étape - Propriano-Porto-Vecchio : 106 km et un D+ de 1420 m.

20170920 patrick gregoire eglise romaneToujours un beau soleil lorsque nous nous élançons pour une montée d’une dizaine de km en longeant la côte et en admirant les superbes paysages de mer-montagne. Au bout de la montée, un pittoresque village corse se dessine avec en point d’orgue une église romane au centre de la place du village où de vieux corses refont le monde ! Nous atteignons Sartène, une des plus vielles villes corse posée sur un éperon rocheux d’où on domine la vallée jusqu’à la mer. S’ensuit une série de longs toboggans qui me rappellent les bosses de la Bretagne lors du dernier Paris-Brest-Paris et nous rejoignons Bonifacio pour un ravitaillement très attendu. Vers 13h30, nous embarquons pour une visite en bateau des iles autour de la baie de Bonifacio et les grottes creusées dans la roche du bord de mer. Bonifacio est une belle ville et très touristique avec notamment la vielle ville perchée sur la falaise dominant la mer. Après cette promenade, nous arrivons sans difficulté à Porto-Vecchio et nombreux sont les cyclos qui se prélassent à la piscine de l’hôtel.

3éme étape - Porto-Vecchio-Zicavo : 102 km et un D+ de 2280 m.

C’est la 1ére étape des 4 étapes de montagne qui vont se succéder. L’organisateur nous prévient que ce sera la plus dure du séjour avec 3 cols à gravir. Après un échauffement sur une route plate d’une dizaine de km, nous attaquons le col de l’Ospédale (15 km avec un D+ de 990 m). Ce col gravi par les coureurs du Tour de France en 2015 propose une pente moyenne entre 7 et 9% et donc pas facile. Le groupe se scinde rapidement au gré du niveau de roulage des cyclos. La vue majestueuse que l’on découvre à chaque virage nous donne du courage et après avoir traversé le village avec des pentes à 11%, nous atteignons le sommet au km 20. Après une belle descente, le 2éme col arrive, moins dur et nous arrivons aux aiguilles de Bavella à l’altitude de 1218 m. Un panorama exceptionnel nous attend avec ces aiguilles qui attirent de nombreux touristes. Nous redescendons pour atteindre le ravito très attendu après tous ces efforts. Il reste à gravir le dernier col celui de la Vaccia (la vache), altitude 1193 m en faisant attention aux nombreux cochons et troupeau de chèvres qui se baladent en toute liberté sur les routes bordant les forêts de châtaigniers ! L’hotel à Zicavo est le bienvenu après cette rude journée. Cette petite ville de Corse, étape du GR20, regroupe la plus grande châtaigneraie de la Corse du sud.

4éme étape - Zicavo-Corte : 96 km et un D+ de 1420 m.

Après un bon repas entièrement corse, une bonne nuit et un solide petit déjeuner, nous repartons avec une température fraiche (8°) ce qui m’oblige à mettre pour la première fois les manchettes et un coupe-vent. L’ascension du Col de Verde est longue de 22 km, à l’altitude de 1289 m mais c’est un col facile avec un % moyen de 4. S’ensuit une descente dans les défilés de Strette et de Linzecca, magnifiques paysages de gorges encaissées qui m’incite à m’arrêter plusieurs fois pour admirer ce formidable spectacle de la nature. Comme souvent, s’ensuit une belle montée d’une quinzaine de km pour arriver au ravito du midi. Nous arrivons vers 15h à Corte, ancienne capitale de la Corse et ville peuplée d’une population jeune suite aux nombreuses universités qui y siègent. La visite de la citadelle sur les hauteurs offre un panorama grandiose sur la montagne et les vallées.

5éme étape - Corte-Piédicroce : 100 km et un D+ de 1915 m.

20170920 patrick gregoire cochons corseLe temps est toujours beau au départ de Corte et nous montons un petit col de 11 km. Une petite route ombragée bordée d’oliviers et où nous croisons de temps en temps nos compagnons de route : " les cochons ! " Après une courte descente, une montée entre 4 et 6% nous amène au petit village de Morosaglia, lieu de naissance de Pascal Paoli, héros du peuple Corse qui a déclaré en 1768 l’indépendance de la Corse mais qui a été défait par les français et déporté en Angleterre. Cet illustre inconnu n’est pas référencé dans les livres scolaires et pourtant il a été le précurseur mondial du droit de vote pour les femmes et d’une constitution des droits de l’homme dont se sont largement inspiré les Etats-Unis et la France lors de la révolution ! Au bout de 20 km de montée, nous atteignons le col de Prato à 985 m d’altitude. Une belle descente et arrive Piédicroce lieu du ravito où un barbecue nous attend. Nous sommes dans le pays de la Castagniccia, qui était, dans le temps, le grenier de la Corse avec ses innombrables forêts de châtaigniers. Après le repas, nous effectuons une boucle de 45 km sur des petites routes où nous traversons des petits villages perchés sur des petits sommets, perdus et très peu peuplés.

6éme étape - Piédicroce-St-Florent : 110 km et un D+ de 1760 m.

20170920 patrick gregoire pont romainDernière étape de montagne, qui débute par la montée peu pentue du col de St-Antoine puis c’est comme souvent des descentes et montées sur des routes très tranquilles, sans voitures. Le temps est toujours au beau, nous ne sommes pas freinés par le vent et une belle descente nous fait découvrir les jolis petits villages de la baie de Borgo. Borgo est située en bord de mer et il faut remonter le col de Bigorno (alt. 885m) avec une pente moyenne de 7% pour arriver à Murato où nous attends une église atypique, une superbe vue sur la baie de St-Florent et le ravito tant attendu. Après un repos bien mérité, nous roulons dans le désert des Agriates, lieu naturel préservé de toute construction, sur des petites routes bordées d’arbousiers et de petites plantes fleuries. La chaleur et la fatigue nous épuisent un peu car ces routes sont « casse-pattes ». La récompense est la descente vers St-Florent  et sa baie magnifique. L’hôtel est au bord de la mer et cette petite ville est très touristique qui ravit tous les cyclos.

7éme étape - St-Florent-St-Florent : 123 km et un D+ de 2067 m.

20170920 patrick gregoire vue corseCette journée prévoit la découverte du cap Corse et c’est pourquoi nous restons au même hôtel. Dès la sortie de St Florent, nous attaquons le col de Teghime altitude 536 m où se sont battus en juin 44 les goumiers français d’origine d’Afrique du Nord et, qui par leur vaillance, ont ainsi libéré la Corse des allemands. Il fait toujours beau et un vent modéré s’est levé. La suite est une succession de petites descentes et montées sur la route de la corniche. Nous sommes à 600 m d’altitude et la vue sur Bastia et la mer est grandiose. Enfin, nous descendons au niveau de la mer et nous roulons sur la route du bord de mer en admirant cette mer très calme avec des reflets si bleus et parfois si claire bordée sur le rivage de gros rochers. Après une vingtaine de km, nous tournons à gauche pour gravir le col de Ste Lucie (alt. 381 m) où nous ravitaillons avec, comme d’habitude, une superbe prestation. Le reste du parcours nous fait longer sur une route élevée, le cap Corse et ses éperons rocheux vertigineux. Nous avons eu de la chance avec le vent car au dire de l’organisateur, le peu de vent ne se produit qu’une fois sur 15 !

8éme étape - St-Florent-Algajola : 83 km et un D+ de 1160 m.

20170920 patrick gregoire scandolaComme d’habitude, à la sortie de St-Florent, la montée d’un col se dessine, à savoir celui du Vezzu où nous serpentons sur une petite route ombragée et qui au fur et à mesure de la montée, nous fait découvrir l’autre versant du désert des Agriates. Après une descente au milieu des oliviers, nous grimpons jusqu’au petit village de Belgodère où nous faisons halte sur la place animée par un marché local. Nous entrons dans une autre contrée, la Balagne, vinicole et fruitière. Une quinzaine de km et nous rejoignons notre ravito près d’un lac. Il fait chaud et l’envie est plus de se prélasser que de rouler ! Il ne reste que 25 km pour rejoindre notre hôtel en bord de mer. Tous les cyclos se retrouvent sur la plage et la baignade avec une température de 24 degrés.

9éme étape - Algajola-Porto : 83 km et un D+ de 1220 m.

Au départ, toujours un beau soleil et une température agréable de 18° avec une montée de 6 km qui se monte sans difficulté. La forme est là car malgré le dénivelé déjà effectué, les hôtels sont confortables et ont permis de bien se reposer. Après l’aéroport de Calvi, le col très pentu de Marsulino avec des pentes à 11% fatigue les organismes. En haut, comme toujours en Corse, se dévoile une superbe vue sur le maquis et la mer au fond. Deux autres cols s’ensuivent sans monter à une altitude de plus de 400 m et nous arrivons au ravito où un barbecue nous permet de reprendre des forces avant la plongée vers Porto. Après une douche à l’hôtel, nous embarquons sur un bateau pour la visite de la réserve de Scandola, faisant partie des 80 plus beaux sites du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cet espace naturel, préservé de toute intrusion humaine, n’est arpenté que par quelques oiseaux migrateurs et des chèvres sauvages. La beauté des roches rouges et des oliviers sauvages ne peut que nous sensibiliser à la préservation de la nature.

20170920 patrick gregoire porto10éme étape - Porto-Ajaccio : 90 km et un D+ de 1370 m.

Cette dernière étape nous amène, par la route de la corniche, aux calanques de Piana, superbe site préservé qui oblige à des arrêts fréquents pour photographier ces roches volcaniques adossées à la mer. La route serpent le long de la mer aux reflets bleutés et le ravito est dressé sur une plage où certains se baignent avant de reprendre le vélo. Le long col de Saint-Bastiano nous fait souffrir car nous avons trop abusé du muscat, de la charcuterie corse et des salades diverses ainsi que du bruccio, succulent beignet. Vers 15h30, nous arrivons à la gare maritime d’Ajaccio, terme de notre tour de Corse. Nous avons 2h pour déambuler dans la ville et faire quelques emplettes avant d’embarquer sur le ferry. A l’arrivée à Toulon, nous nous dirons au revoir avec regret car, pendant ces 10 jours, de solides amitiés se sont nouées avec quelques cyclos.

Bilan :

Ce tour de Corse s’est déroulé avec des conditions météo parfaites. La Corse est un paradis pour le vélo à condition d’être entrainé à enchainer les dénivelés proposés. Le rythme de roulage est libre, et le moniteur roule toujours avec les derniers. L’organisation et les prestations exceptionnelles de l’équipe ont largement contribué à l’excellente ambiance au sein du groupe des 42 cyclos.

Cet organisateur (http://corsecyclotourisme.org) propose cette randonnée également à tout club en dehors de deux créneaux réservés à la FFCT et donc cela peut être une proposition de séjour future pour le VCMB.

Pour ma part, avec les traversées des massifs montagneux, le tour de Corse reste mon plus beau périple en vélo.

Patrick Grégoire (vcmb - groupe 3)

20170920 patrick gregoire corse circuit

Partenaires

 La Fontaine Restaurant   Go-Sport   orpi montigny logo mini   Immopret

Alltricks                          Cybervelo 2015

Montigny  St-Quentin-en-Yvelines 2015   Conseil Général des Yvelines    Logo CODEP    ffct coreg idf 2016  FFVelo logo  logo-ffct