Flèche Paris - Bellegarde, ma 20ème - 573 km, D+ 5507m (2017)

(Par Patrick Grégoire)

Premier jour : Cesson-Avallon - 212 km avec un dénivelé de 1472 m.

Le 13 juillet, profitant d’une prévision météo de 3 jours, sans chaleur et à priori sans pluie, je décide de me lancer en solo et en autonomie (avec une grande sacoche de guidon) pour effectuer ma 20ème et dernière flèche. Après avoir étudié le parcours de départ et pour éviter de traverser Evry et Melun et ne pas être englué dans ces grandes villes, j’ai pris le train pour arriver à Cesson (proche de Melun) et commencer mon périple à 8h45 par des petites routes calmes de cette région agricole qu’est la Brie. Il fait beau et le vent est assez calme. J’arrive rapidement au premier contrôle de Blandy les Tours, petit village fortifié. En arrivant dans le département de l’Yonne, le paysage ne change pas mais mon parcours est jalonné de faux plats longs qui ne rompent pas la monotonie de cette région. Vers 13h, j’arrive au 2ème contrôle de Villeneuve –L’Archevêque où je ne m’attarde pas car le temps est de plus en plus menaçant. Mes craintes sont confirmées par une averse qui me poursuit pendant une dizaine de kilomètres. A peine le temps de sécher, qu’une deuxième averse me surprend après Chablis, au milieu des vignes sans possibilité de m’abriter et je suis carrément douché ! J’atteins le contrôle de Noyers vers 16h où après avoir pointé, je parcours les rues moyenâgeuses de cette place fortifiée, envahie par de nombreux touristes et qui vaut le détour, A 18h30, j’arrive à l’hôtel à Avallon, au sec et pas trop fatigué.

20170715 gregoire patrick 2 col de la faucilleDeuxième jour : Avallon-Beaurepaire en Bresse - 196 km avec un dénivelé de 1460 m.

Le 14 juillet, après une bonne nuit et un solide petit-déjeuner, je m’élance par une journée bien ensoleillée et un vent assez fort mais favorable de ¾ arrière. Je suis dans le département de la Côte d’Or que je vais traverser dans toute sa longueur. Le paysage change et est beaucoup plus bucolique, s’enchainent des petits villages charmants et connus comme Epoisses, Semur en Auxois (château en photo ci-dessous) et Vitteaux. Ce département est bien vallonné et j’atteins le contrôle de Nuits Saint-Georges vers 13h. Cette ville vinicole célèbre dans le monde entier est encore toute entière décorée par le passage du tour de France 2017 quelques jours auparavant. S’ensuit une succession de toboggans que je passe assez facilement bien aidé par le vent favorable qui me pousse. Je fais un arrêt à Pierre de Bresse pour contempler le beau château de ce village. Vers 16h, je rejoins mon lieu d’étape, fourbu par ces deux longues journées de vélo. Je suis arrivé assez tôt pour bien me reposer car demain m’attend une journée difficile avec au programme un dénivelé très conséquent.

Troisième jour : Beaurepaire en Bresse-Bellegarde - 166 km avec un dénivelé de 2575 m.

20170715 gregoire patrick 3 eglise septmoncelLe 15 juillet, je pars de bonne heure à 6h15, à la fraiche et au bout de 10 km, j’arrive à Lons le Saunier où j’ai un peu de mal à trouver un bar pour pointer ma carte de route. A la sortie de cette ville, j’attaque la première grande montée de 10 km pour atteindre le premier plateau du massif du Jura. J’ai bien récupéré et je grimpe à un bon rythme. Au fur et à mesure de la montée, je peux admirer les superbes paysages de la moyenne montagne. Arrivé en haut au col de la Percée, d’une altitude de 579 m, je me trouve sur un plateau composé de petites bosses à franchir et qui augmentent doucement mais sûrement mon dénivelé sur mon GPS ! S’offre à moi un paysage agricole, parsemé de forêts et de prairies. Guère de villages mais des grandes fermes où paissent en toute tranquillité des vaches de cette région reconnaissables au son si caractéristique de la cloche accrochée à leur cou. A la fin du plateau, une descente assez vertigineuse de 16 km me projette vers Saint-Claude, capitale de la pipe, elle aussi décorée par le récent passage du Tour lors de l’étape avec l’arrivée aux Rousses. Après m’être restauré, j’attaque, à la sortie de la ville, la longue montée très rugueuse de 14 km qui montent au deuxième plateau du Jura. Les 7 premiers kilomètres, dont la pente oscille entre 7 et 8%  me paraissent très dur car il fait chaud et je suis également fatigué par l’enchainement des bosses. Arrivé au village de Septmoncel (église en photo), je suis soulagé que les derniers kilomètres ne soient pas si pentus ! Le paysage est toujours aussi grandiose et je ne me lasse pas d’admirer jusqu’à la fin ce beau département du Jura qui est une terre pour le vélo. Je descends à  Mijoux, petite ville du dernier département que je traverserai à savoir l’Ain. Dans la foulée, j’attaque, fatigué, ma dernière ascension du 3éme col du jour, celui de la Faucille. Heureusement ce col très ombragé a une pente moyenne assez douce, entre 4 et 7%.  Au sommet à 1323 m d’altitude, après avoir pointé ma carte de route, je m’accorde un temps de repos suffisant pour me régénérer avant de partir pour la fin de l’étape. Cette station de ski du Jura permet, par beau temps et c’est le cas  ce jour, d’apercevoir les Alpes, le Massif du Mont Blanc, la Suisse et de l’autre côté, le Jura. Je redescends à Mijoux par la route montée précédemment puis commence, avec un fort vent défavorable, une longue descente de la vallée de la Valserine entrecoupée par des bosses qui font très mal aux jambes ! Enfin à 15h30, j’atteins Bellegarde en Valserine, point final de mon périple.

 

20170715 gregoire patrick 1 fleche bellegardeCette dernière flèche, difficile sur la fin, mais magnifique conclut en beauté mon parcours des 20 flèches de France commencé en 2009. J’ai réalisé les plus longues en les organisant avec des copains et avec une personne qui faisait l’assistance. Les plus courtes, en autonomie complète, lorsque la météo était correcte. Un bon entrainement et un bon moral est bien sûr nécessaire ainsi que la possession d’un GPS car souvent il m’a été d’une aide cruciale. Ces flèches de France permettent par des routes tranquilles et souvent bucoliques d’admirer toute la diversité de notre beau pays en traversant de nombreux départements.

J’espère, par ce témoignage, avoir suscité l’envie aux cyclos du VCMB de se lancer dans ce challenge.
 
Patrick Grégoire

20170715 gregoire patrick - semur en auxois

Partenaires

 La Fontaine Restaurant   Go-Sport   solvimo logo 500x200   Immopret

Alltricks                          Cybervelo 2015

Montigny  St-Quentin-en-Yvelines 2015   Conseil Général des Yvelines    Logo CODEP    logo-idf-ffct    logo-ffct